Ma vision

La Sophrologie

Son inventeur

La sophrologie a été conçue et inventée en 1960 par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo qui la définissait comme une « science, une école scientifique qui étudie la conscience, ses modifications et les moyens physiques, chimiques, ou psychologiques pouvant la modifier dans un but thérapeutique, prophylactique ou pédagogique ».

Sa signification étymologique

Le terme SOPHROLOGIE est inspiré du grec ancien.

  • SOOS    =          Equilibre, harmonie, sérénité, sain
  • PHREN =          Esprit
  • LOGOS  =          Science

C’est donc la science de l’esprit serein, en équilibre.

Ses spécificités

La sophrologie s’appuie sur et s’inspire de différentes approches parmi lesquelles :

  • des techniques de relaxation de l’occident
  • de l’hypnose.
  • de l’entraînement autogène de Schultz et techniques de Jacobson.
  • des découvertes et de la méthode d’Emile Coué.
  • des procédés mentaux du yoga, du bouddhisme,
  • de l’étude de mystiques en Inde, du Tibet, de Chine et du zen Japonais.
  • de la psychiatrie et psychologie (Jung, Freud, Jasper)
  • de la neurologie
  • de la phénoménologie (Hegel, Husserl, Heidegger)
  • du terpnos logos (Platon : le traitement avec de belles paroles)

Le parcours proposé par le sophrologue au « sophronisé » doit permettre à ce dernier d’acquérir progressivement et adapter à ses besoins les techniques utilisées. Ainsi l’un des postulats de la sophrologie est que la personne devienne autonome dans ses pratiques et qu’elle conserve son total juge arbitre sur ce qu’elle vit ou souhaite mettre en œuvre.

Mon approche

Mon école – IPEES

Ayant découvert la sophrologie dans le cadre de mon parcours sportif, au moment de m’orienter sur une formation qualifiante de sophrologue et après m’être renseigné sur les différents courants, j’ai souhaité rejoindre une école non-caycédienne ayant orienté et enrichi son enseignement et approche avec une importante part de psychologie.

Cette formation en 2 années a été sanctionnée par

la RNCP (SFS)

le Titre (IPEES)

Mes axes d’attentions et de motivations
Autonomie

L’autonomie des personnes que j’accompagnerai dans leurs pratiques de la sophrologie reste pour moi la finalité et le but de cette science et cette approche thérapeutique.

A l’issue de quelques séances, les principes étant connus, il doit être possible à chacun de mobiliser les ressources ainsi acquises afin de faire face à une situation potentiellement connue ou identifiée, comme à de nouvelles situations sans que l’intervention du sophrologue soit nécessaire ou systématique.

Ecoute

Chaque personne est différente du fait de qu’elle est, ce qui l’a fait et de ce qu’elle vit ou ressent. La première phase de la séance, celle de l’échange qui est désignée sous le terme « anamnèse » est donc primordiale pour comprendre la situation, les attentes et laisser se dérouler son expression.

De cette écoute active et attentive découlera la séance avec les exercices spécifiques et les intentions associées afin que celle-ci permette à la personne sophronisée de construire son cheminement sans que le sophrologue n’ait à l’influencer ou induire une action ou un sens qui serait le fruit de sa propre interprétation.

Quelles pratiques / Quelles applications

Les principes fondamentaux

La sophrologie est avant tout une pratique qui permet de retrouver la confiance en soi, l’équilibre entre le corps et l’esprit, une plus grande énergie et motivation générale. Cette pratique se conçoit aussi bien du corps vers l’esprit que de l’esprit vers le corps. Le corps permet la modification de l’état de conscience et par l’intentionnalité de la conscience, nous pouvons agir sur le corps.

Tout accompagnement sophrologique s’appuie sur les mêmes quatre grands principes :

  • ACTION POSITIVE :
    • Renforcer et dynamiser ce qui en nous est positif. Toute action positive dirigée vers la conscience se répercutant alors positivement sur tous les éléments psychiques (émotionnel, comportemental et cognitif…).
  • LE SCHEMA CORPOREL COMME REALITE VECUE :
    • L’équilibre d’un individu passant par la prise de conscience de son schéma corporel. Vivre ainsi son corps tel qu’il est réellement dans l’instant et non de l’imaginer ou de le fantasmer sur ses aspects (physiologique, affectif, émotionnel…).
  • LA REALITE OBJECTIVE :
    • Permettre de voir les choses telles qu’elles sont et non pas telles que nous aimerions qu’elles soient.
  • L’ADAPTABILITE
    • Applicable à toutes techniques et théories sophrologiques puissent s’adapter aux patients et non l’inverse.
Les domaines d’applications

Les accompagnements proposés par la sophrologie sont nombreux :

Gestion du quotidien :
  • Prevention et gestion du stress
  • Intégration des rythmes sociaux et professionnels
  • Gestion du sommeil
  • Adaptation à des évolutions de vie (deuil, séparation…)
  • Résolution de conflits et difficultés
Préparation à une prochaine échéance :
  • Préparation sportive et programmation à une échéance
  • Accompagnement de la grossesse et préparation à l’accouchement
  • Intervention en public, commerciale, managériale…
  • Préparation aux examens et épreuves
Gestion des comportements :
  • Addictions (Alcoolismes, Drogues, Jeux…)
  • Troubles alimentaires (Anorexie, Boulimie,
  • Phobies
  • Troubles de l’humeur
Accompagnement thérapeutique :
  • Prévention santé
  • Soins de suite, soins de support
  • Soins palliatifs
  • Acouphènes, vertiges
  • Dyslexie (dys…)
Limites de la pratique de la Sophrologie

En ce qui concerne les accompagnements thérapeutiques, ce qui est ou serait proposé par la Sophrologie ne peut en aucun cas se substituer pour tout ou partie au traitement qui est/serait proposé par les médecins traitants à la personne ainsi accompagnée dans le cadre de cette démarche.

La sophrologie est donc à considérer comme un complément aux soins dispensés par le corps médical et en aucun cas, aucun diagnostic ni aucune prescription ne sauraient être émis au cours ou à l’issue des séances proposées.